Dans les biotopes les marges sont les plus riches! Par exemple les bords des bassins sont bien plus diversifiés et habités que leurs centres ou que la prairie.

Avec les saisons c’est a peu près pareil: le cœur de l’été souvent tant attendu pour ses tomates, poivrons et aubergines n’est pas aussi riche que sa fin, quand à l’automne nous avons toute l’abondance de la saison chaude et celle de la saison fraiche.
 Il nous reste toutes les bonnes choses de l’été: les tomates continuent à murir, les poivrons rougissent mais nous avons en plus tous ces produits qui mettent longtemps à développer leurs arômes comme les courges, le maïs, les haricots secs, les brocolis et choux-fleurs et tout les produits de garde que l’on récolte ou fini de sécher à ce moment: les oignions, l’ail, les pommes de terre, carottes…

J’aime aussi à penser que c’est la richesse du cycle de la vie et de la mort qui nous apporte une telle abondance. L’automne représente cette transition entre la vie trépidante de l’été et la petite mort de l’hiver, et c’est pour moi la période la plus riche en goût et en plaisirs gustatifs.

Image

Publicités